Philosopher par temps de peste (Spinoza)

Perpal

1
1192
Perpal
  • Animateur
  • Emission
  • Date
Perpal est le versant Ambient du projet Stolearm mené par...

Perpal est le versant Ambient du projet Stolearm mené par Lucien, l’un des fondateurs de Linge Records.
Structures de cartons sur scène, drones himalayennes, K7 modifiées, synthé, sampler, objets, rythmes discrets.

« Le premier album de Perpal (« Housephonia », le titre me parait moche, maintenant) datant de 2005, est sorti sous le nom de Stolearm en 2008, dont une bonne partie est presque improvisée en direct pendant le sommeil de mon amie, le reste de l’album étant une suite de morceaux composés pour être diffusés dans la grande maison que je devais quitter un an après en 2006.
Il est pensé comme un habillage sonore de l’espace. D’autres morceaux de Perpal sont composés spécifiquement pour être diffusés quand je vais me coucher, une musique faite pour dormir. Je ne sais pas si on peut parler de musique fonctionnelle, mais j’aime la présenter comme telle. D’autres morceaux sont composés dans le même but, mais pour l’hiver, en tant que radiateurs sonores. Certains types de drones, et ça se passe dans la tronche, arrivent à me réchauffer quand je les écoute. En 2012, Marion Jaillot m’a invité à faire un concert dans l’atelier Mamishka à Montpellier, un samedi après-midi. Je ne savais pas vraiment quoi faire, j’avais carte blanche, et j’ai choisi de prendre les morceaux les plus Ambient de Stolearm et d’en retirer les parties rythmiques, mélangé à des morceaux de Perpal (je venais de trouver le nom).

J’avais 2 ou 3 amplis, un délai Boss, et un Fostex 4 pistes K7, j’étais caché derrière une cabane de cartons géante, et je pouvais choisir de spatialiser les sons en live. Je rajoutais des sons ambiants avec des objets et de la voix passés dans un casque que j’utilisais à l’envers, comme un micro contact. Quelques mois plus tard, en Septembre 2012, je venais de quitter mon appartement d’étudiant à la Panacée et un ami me prêtait son appartement, mon ami Maël m’avais offert un magnétophone de journaliste Phillips trouvé dans la poubelle avec vitesse de lecture réglable. Je n’avais pas toutes mes K7 sur moi, le reste étant chez mes parents, mais j’avais la K7 des pistes live de Perpal à mixer. Pressé, parce que j’allais prendre un bain, j’ai mis cette K7 au pif dans le lecteur, et la lecture était resté sur vitesse lente. Depuis mon bain, je n’entendais pas très bien, mais le morceau « Veerkotu », prenais une toute autre dimension, au ralenti, très sombre, hypnotique et lourd avec un super grain. J’ai aussitôt décidé d’en faire un album. Le brouillon « Drone Of the Talk » (postérieurement nommé « North ») était aussi excellent, avec de grosses irrégularités. J’ai voulu faire l’album en diffusant cette K7 live au ralenti directement depuis ce fameux appareil. Quelques morceaux ont été rajoutés après, et sont construits et improvisés depuis mon vieux sampler AKAI S2000 et un multi-pistes, notamment avec une banque de samples tirés de «  »l’Omaryde » » de Claude Biscuit, mélangés avec des sons que je choisissais au hasard, filtrés, superposés avec d’autres, etc. Je prépare maintenant un 2e album sous le nom de Perpal dont voici des extraits, ils sont développés en majorité à partir de recherches, de travaux, et de commandes, notamment pour des audioguides, de l’écriture chorégraphie et un vieux projet de musique pour salle d’attente d’hôpital que j’avais maquetté pour l’hôpital Saint Joseph Saint Luc à Lyon en 2009 et qui est tombé à l’eau pour des raisons budgétaires. L’idée de cette émission était de diffuser des extraits de ce nouvel album, mais il n’est pas vraiment fini, ce ne sont que des brouillons (qui resteront peut-être comme ça, d’ailleurs) ainsi que d’autres morceaux non publiés, mais je n’avais pas envie d’officialiser la chose et de les rendre un peu insaisissables. Pour ce faire, enregistrer le son d’ambiance de moi et Tofie dans la chambre en train de les écouter pour s’endormir me semblait à propos, avec le Zoom H5 posé à la tête du lit, à 60 cm du poste à CD Sony »